Restauration du four à briques de Cour-Cheverny

Septembre 2014

Le four à briques de Cour-Cheverny, construit en 1813 a été restauré en 2014


L’association « Histoire et Découverte entre Bruyère et Roseaux » (HDBR) a signé un bail emphytéotique avec le propriétaire des lieux et porté les travaux de restauration du four à briques de la Tuilerie Laleu à Cour-Cheverny. La Fondation du Patrimoine avait lancé une souscription publique en avril 2013 pour participer au financement de la restauration d’un des rares témoins restant d’une des industries traditionnelles de notre région. 
Les travaux ont été terminés en avril 2014. La population de Cheverny et Cour-Cheverny s’est appropriée ce projet en participant activement à cette souscription publique en plus des soutiens institutionnels et des entreprises privées : le Conseil général, la municipalité de Cour-Cheverny, le Crédit Agricole, la Fondation du Patrimoine. 

La journée du Patrimoine du 21 septembre a été l’occasion d’inaugurer le site autour du verre de l’amitié, sans lequel il n’est pas d’inauguration qui vaille...


Voir aussi les articles :
  • "La Tuilerie Laleu à Cour-Cheverny et le Carroir" (avril 2014): ici 
  • "Le four à briques de Cour-Cheverny est à préserver" (octobre 2009) : ici
La Grenouille n°25 - octobre 2014


******************************************


Dimanche 28 avril 2013, lancement de la souscription

La souscription pour la restauration du four à briques de Cour-Cheverny a été lancée le Dimanche 28 avril 2013, en présence de :

    Annette DOIRE, déléguée départementale adjointe de la Fondation du Patrimoine pour le Loir-et-Cher, 
    Patrice DUCEAU, président de l’association Histoire et Découverte entre Bruyère et Roseaux (HDBR) et les membres de l’association, 
    Yves ANTIER, maire de Cour Cheverny,
    et une cinquantaine d'habitants de Cour-Cheverny et des communes avoisinantes.

    Patrice DUCEAU a rappelé l’historique de l’Association, qui s’intéresse depuis longtemps à ce projet de restauration et a signé un bail emphytéotique avec le propriétaire du four à briques.
    Annette DOIRE a expliqué la démarche de la Fondation du Patrimoine, très intéressée par ce genre de projet consacré à un élément essentiel de notre artisanat local aujourd’hui disparu, et a souligné l’intérêt de la souscription, mentionnant que toutes les souscriptions consacrées à la sauvegarde du patrimoine local remportent un réel succès dans la Région, et notamment dans le Loir et Cher.
    François BACH, membre de l’association HDBR et initiateur du projet a expliqué l’historique du dossier et le fonctionnement de la souscription.

    Laurent RAVINEAU, propriétaire du four à briques, a commenté la visite de ce bel ouvrage et expliqué la technique de la cuisson des briques dans ce four qui fonctionnait jusqu’au début du siècle dernier.





    Le Président de l’association HDBR a signé une convention avec la Fondation du Patrimoine, officialisant le lancement de la souscription.

    Pour son démarrage, l’opération a connu un beau succès, très encourageant pour la suite, et l’association va continuer à promouvoir cette action. La sauvegarde de ce très bel édifice est urgente, sous peine de le voir périr à brève échéance si rien n’est fait.
    Le four à briques est aussi un gîte
    confortable pour les chauves-souris !












    ******************************************

    Information concernant la souscription, début 2013
    La Fondation du Patrimoine lance une SOUSCRIPTION PUBLIQUE pour cette restauration. Le lancement de cette souscription aura lieu sur le site de cette ancienne tuilerie, 12 rue Denet à Cour-Cheverny :

    Dimanche 28 avril à 11 h 30
    Tout le monde est invité. 
    Venez nombreux soutenir cette initiative.

    Notre territoire recèle un élément de notre patrimoine local particulièrement exceptionnel et remarquable : le four à briques de l’ancienne tuilerie Laleu à Cour-Cheverny,situé 12 rue Denet, lieu-dit le Carroir, derrière l’ancienne gendarmerie. C’est un des rares témoins restants d’une des industries traditionnelles très florissantes de notre pays.
    Des fissures se développent
    dans la voûte

    Les fours à briques étaient très nombreux encore au début du 20e siècle, et ont malheureusement presque tous disparu. Celui-ci a été construit en 1813, date à laquelle Michel Molitor en a demandé l’autorisation d’ouverture à la préfecture, obligatoire à cette époque.
    Il est encore bien conservé, mais la toiture fuit et des fissures inquiétantes se développent. Il risque de se détériorer rapidement si des travaux de restauration ne sont pas entrepris. 


    L’association « Histoire et Découverte entre Bruyère et Roseaux » s’est portée volontaire pour soutenir cette restauration et a signé un bail emphytéotique avec les propriétaires.
    Des travaux de restauration
     s'imposent...
    Un devis de restauration a été établi par M. Brisemur, entrepreneur réputé pour ses restaurations, avec les conseils de l’architecte des Bâtiments de France. Il s’élève à 12 956 € TTC. L’édifice se situe le long de l’itinéraire principal des « Châteaux à vélo » et en est un attrait remarquable.
    Un panneau d’information signalera aux passants l’intérêt de cet élément de notre patrimoine. Des panneaux retraçant la création de cette tuilerie au 19e siècle et le processus de fabrication ont été conçus et sont mis à la disposition de ceux qui veulent en connaître l’histoire.