Le thermo-compostage à l'école primaire

La Grenouille s’est récemment intéressée au thermo-compostage mis en place à l’école primaire de Cour-Cheverny en septembre 2015.
Qu’est-ce qu’un thermo-composteur ?
Le compost récupéré
au bas du composteur
À la différence d’un composteur classique qui n’accepte que les déchets végétaux, le thermo-composteur accepte tous les déchets organiques de la cui­sine sans exception, y compris les restes de plats en sauce, d’origine animale ou végétale : restes de viande, poisson, éplu­chures, etc.
 Le compostage s’effectue dans une enceinte étanche avec une ventilation adaptable (tubes aérateurs à ouverture réglable), maintenant un taux d’humidité idéal, sans besoin de remuer le compost et évitant aux rongeurs d’y pénétrer ou aux odeurs de s’échapper ; et tout ceci sans consommer aucune énergie. Ce sont les micro-organismes qui travaillent…

C’est Val Eco (Syndicat mixte de collecte et de traitement des déchets du Blaisois) qui a fourni le composteur, d’une taille de 550 l. (Il existe également des thermo-composteurs d’une capacité de 220 litres, adap­tés pour une famille de 1 à 6 personnes).

Des intérêts multiples
L’opération de thermo-compostage à l’école a permis de sensibiliser les enfants au tri des déchets et plus généralement au tri sélectif (papiers, déchets recyclables, etc.), que ce soit en classe ou à la cantine, et égale­ment leurs parents par voie de conséquence. Il répond aux engagements de la commune en matière d’environnement, et apporte une réponse économique aux traitements des déchets. On estime que la cantine pro­duit 20 à 30 kg de déchets journaliers ; même si tout n’est pas composté, cela représentera dans le futur une économie sur la taxation des ordures ménagères qui sera sans doute un jour facturée au poids ou au volume…

Le fonctionnement
Carole et Ludivine se chargent
de l'approvisionnement du thermo-composteur
Le personnel de la cantine vide deux fois par semaine les déchets dans le composteur, en y rajoutant une « litière » de broyat (issu de branches, feuilles, etc.) fourni par le service Espaces verts de la commune. Une fois par mois environ, une couche de compost est soutirée du com­posteur (l’équivalent de 2 brouettes), qui alimente le stock de compost du jardin pédagogique que vous pouvez admirer le long de la ruelle Augustin Thierry. L’intérêt pédagogique se retrouve donc également dans l’utilisation du compost par les enfants dans ce jardin.
Cour-Cheverny est la seule commune du département à avoir mis en place ce dispositif. Il fonctionne grâce à la motivation du personnel de la cantine et des élèves qui en ont bien compris l’intérêt, et à l’inter­vention de quelques bénévoles. Le procédé est simple, économique et demande peu de moyens, si ce n’est son approvisionnement régulier, un peu de surveillance (régulation de la température), et le soutirage périodique du compost.


Le Triton - La Grenouille n°32 - Juillet 2016